Des produits "made in Orcières"

Retour

Orcières compte plusieurs producteurs de spécialités. Des confitures de fleurs à la bière locale, en passant par les fromages au lait cru de chèvre, vos papilles vont aussi pouvoir goûter aux richesses du terroir du Haut-Champsaur.

« L'inspiration vient pas mal de notre environnement », souligne Stéphane Bertrand-Pellisson, hôtelier-restaurateur à Orcières Merlette 1850 et producteur de confitures très originales. Cet amoureux du goût, qui est passé par de grandes tables dans toute la France avant de revenir dans l'établissement familial, a concocté ses premières confitures maison pour les petits-déjeuners de ses clients. Il a commencé avec le génépi. « Toute la difficulté a été de la mettre au point sans utiliser d'alcool », avoue le cuisinier.

Plus de 40 variétés de « délices de fleurs »

Un ami photographe lui a ensuite fait découvrir la fleur de mélèze, qu'il ne connaissait pas. « Une fleur très discrète, magnifique quand on s'en approche », raconte Stéphane. Au printemps, il part donc cueillir des plantes dont il fait des infusions sucrées qu'il associera ensuite à la pectine de fruits pour leur donner la texture de la confiture. Aujourd'hui, ce sont ainsi plus de 40 « délices de fleurs » (la réglementation ne permet pas l'utilisation du terme « confiture » pour les fleurs) qui sont proposés par cet hôtelier-restaurateur. Du pissenlit au coquelicot, en passant par la fleur de carotte sauvage ou le sureau, la palette est aussi large que les possibilités de cueillette aux alentours. « Pourvu que ça ait du goût, car c'est la base », insiste Stéphane Bertrand-Pellisson.

« Les fleurs nous accompagnent tout au long de notre vie, pourquoi pas au cours de nos repas ? Et puis, cela permet de faire découvrir notre station et notre vallée d'une autre manière. » D'ailleurs, s'il vend bien sûr ses « délices de fleurs » à l'hôtel Les Gardettes, il les commercialise aussi par internet et par le biais de revendeurs dans les Hautes-Alpes, à Marseille et jusqu'en Savoie.

Une ferme qui se visite

Au hameau des Marches, situé en contrebas de la station, Noémie et Julien, désormais épaulés par Sarah et Maxence, proposent quant à eux une double production : du fromage bio de chèvre et de la bière, la sOrcière ! D'abord vétérinaires, Noémie et Julien ont créé la ferme des Cabrioles en 2007 à Orcières, par goût de la montagne... et des chèvres. « C'est un animal avec lequel on a un rapport particulier », explique Noémie. « La chèvre se domestique. »

Ils possèdent une cinquantaine de chèvres (outre quelques brebis et cochons) grâce auxquelles ils produisent une dizaine de fromages au lait cru, dont le « Marchou », du nom des habitants du hameau. Ils accueillent également des familles et des groupes dans leur ferme pédagogique pour des visites libres ou guidées, qui sont l'occasion pour les éleveurs d'expliquer la traite, la fabrication du fromage...

Blonde, brune, blanche ou ambrée, la sOrcière est brassée à l'eau d'Orcières

Un élevage caprin en montagne étant exigeant, le couple a recherché une activité complémentaire qui puisse se planifier. Ainsi est née la brasserie des Cabrioles. « L'eau fait une grande partie de la qualité de la bière, et celle d'Orcières, sans nitrate, est remarquable », souligne Julien. Une partie du houblon nécessaire pousse sur les pentes raides des Marches, et l'orge est produit en plaine avant d'être malté dans l'Ardèche. Blonde, brune, blanche ou ambrée, la sOrcière est une bière typique qui s'inscrit dans la tradition de celles du Nord de la France.

En pratique