A Prapic, les héritiers du pastoralisme

Terug

A Prapic, la ferme de la Jabiore est l'une des dernières exploitations agricoles installées en zone cœur du Parc national des Écrins. Alban et Elsa, et leurs conjoints, aiment partager leur passion avec les visiteurs et faire déguster leur production dans leur ferme-auberge.

Prapic a beau ne compter que douze habitants à l'année, c'est l'un des joyaux d'Orcières, avec son architecture traditionnelle et son cadre naturel idyllique. On y entend le sifflement des marmottes, mais aussi le bêlement des brebis et les cloches des vaches. Car le hameau abrite peut-être la dernière exploitation agricole de la zone cœur du Parc national des Ecrins.

600 brebis toujours à l'air libre

Bienvenue à la ferme de la Jabiore. Chez les Dusserre-Bresson, on a la passion de l'élevage et de Prapic chevillée au corps. Alban et sa sœur Elsa, et leurs conjoints Audrey et Jonas, perpétuent l'héritage familial. Ils possèdent 600 brebis mères, qui paissent toute l'année à l'air libre, que ce soit du côté de Sisteron de l'automne au printemps, ou sur les alpages de Prapic à la belle saison. Il y a aussi un taureau et 15 à 20 vaches (Hérens, Abondance, Aubrac, Tarines), qu'ils élèvent pour leurs veaux. Et ils pratiquent aussi le maraîchage au pied des sommets.

Des méthodes "ancestrales" à conserver

L'exploitation pratique le pastoralisme, « à ne pas mélanger avec l'élevage », prévient très sérieusement Alban. « Ce sont des méthodes ancestrales à préserver. Si nous maintenons nos brebis dehors, c'est d'abord un choix. Nous employons un berger à plein temps. Nous sommes les premiers acteurs de l'environnement. » Pour Jonas, « il faut faire vivre cette terre, continuer à entretenir ce paysage ». Les deux couples se sont d'ailleurs impliqués dans le maintien de l'abattoir de Saint-Bonnet-en-Champsaur, « un site à échelle humaine qui produit de la viande de qualité et de proximité ».

Leur production sur la table de l'auberge

Leur production, vous pouvez la déguster sur place, de début mai à fin septembre, puisqu'ils ont ouvert sur place une ferme-auberge il y a 8 ans. Sur la table, « on sert à 80% des produits de la ferme », souligne Elsa. « On cuisine l'agneau et le veau d'ici, avec des accompagnements de notre jardin, et selon des recettes de famille. » L'auberge est un complément indispensable pour l'exploitation. « C'est le résultat de toute une chaîne et d'un travail de longue haleine, et on n'en est pas peu fiers », lance Alban. Prochainement, les deux couples ouvriront un magasin, qu'ils sont en train d'aménager dans une maison de Prapic, pour commercialiser leur viande.

Les "Ateliers d'Alban" vous accueillent

Chaque été, en lien avec la Maison du berger de Champoléon, l'élevage accueille le public dans le cadre des « Ateliers d'Alban ». Au programme, balade à l'alpage de Charnière, explications sur le travail des foins et sur les ovins, goustaron à la ferme-auberge et discussion libre autour du pastoralisme. Rendez-vous à Prapic le mardi ou le mercredi. Renseignements auprès de l'auberge de la Jabiore.

En pratique

Publié le :